• Prochains rendez-vous

     

     

  •  2017, Année du Patrimoine ....     En cette « Année du Patrimoine »,  en ouverture du Salon du livre parrainé par Nicolas Pagnol et organisé le second week-end du mois de mai par l’association « Parenthèse », Ciné Salon 13 propose le vendredi 12 mai au cinéma Les Arcades – Salon la projection du film « Naïs » sorti en 1945 et réalisé par Raymond Leboursier.
     
        Cette adaptation au cinéma d’une nouvelle d’Émile Zola scénarisée  par Marcel Pagnol, l’un des plus grand représentant du patrimoine culturel provençal, est en parfaite harmonie avec cet événement consacré à la littérature. La présence de Nicolas Pagnol qui présentera le film dont le personnage principal féminin est interprété par sa grand-mère Jacqueline Bouvier - Pagnol disparue l’an dernier donnera un éclat supplémentaire à la  soirée « Ciné Club » du mois de mai.
     
              La projection en version numérique restaurée en septembre 2016 commencera à 20h00, l’accueil du public ayant lieu à partir de 19h30 devant le traditionnel cocktail offert par l’association.
     
     

     

    La leçon de cinéma


    votre commentaire
  •  Samedi 8 avril: Ouverture Play It Again          Cette année encore, sollicité par la direction des cinémas salonais Ciné Salon 13 consacrera sa séance du Ciné Club du mois d’avril à l’ouverture du festival « Play It Again » organisé par l’Association des Distributeurs de Films de Patrimoine qui fait revivre « Le cinéma d’hier dans les salles d’aujourd’hui ».

            Au nombre des chefs d’œuvre sélectionnés pour la troisième édition, c’est « La mélodie du bonheur», comédie musicale réalisée en 1965 par Robert Wise et accessible à tous les publics à partir de 10 ans qui sera proposée en version française le samedi 8 avril à 15h00 dans le cadre d’un « ciné goûté spécial famille ».

          L'action se déroule en 1938 en Autriche peu avant le déclenchement de la la Seconde Guerre mondiale : un veuf va voir sa tranquillité terriblement menacée par le charme d'une gouvernante (interprétée par Julie Andrews) engagée pour veiller sur sa nombreuse progéniture.

     

              D’une durée de 2h54 la projection sera ponctuée d’un entracte au cours du quel un goûté agrémenté de surprises sera servi par l’association.

     

    Bande Annonce

     

    La leçon de cinéma

     

     


    votre commentaire
  • Nous avons besoin de vous  !!!!!!!


     

     

    Nous avons besoin de vous !!!

     

           Forts du joli résultat de la "Dolce Vita" nous nous sommes dit que vous aimiez partager ce moment de rencontre avec nous autour du Ciné-Club. C'est pourquoi nous aimerions pérenniser ce rendez-vous avec vous pour toujours plus de découvertes et redécouvertes cinématographiques. Nous avons pour cela besoin de votre soutien, l'avenir de notre association en dépend... 

       Nous avons depuis toujours compris que vous êtes nos meilleurs ambassadeurs. Depuis deux ans vous nous aidez à nous améliorer chaque jour par vos suggestions et votre enthousiasme. Aujourd'hui, de nouveau nous avons besoin de vous. Témoignez de votre intérêt pour notre Ciné-Club : invitez  vos proches, vos amis et vos contacts sur les réseaux sociaux et dans la vie à nous rejoindre. Faites de ce rendez-vous un moment à partager entre tous pour que nous puissions continuer à faire vivre notre amour commun pour le cinéma !

     

     

    Lilla, Garance et Michel.


    votre commentaire
  •  Jeudi 9 mars La dolce vita, un hallucinant drame socialLe jeudi 9 mars le Ciné Club propose la projection de l’un des chefs-d’œuvre de Federico Fellini: La Dolce Vita.  

              Sorti initialement en France sous le titre « La Douceur de vivre » en 1960, « La dolce  vita » est un film franco-italien qui  marque un tournant dans la filmographie de son réalisateur Federico Fellini en faisant suite à trois films proches du néoréalisme tel « La strada » sorti en 1954 et inaugure le vocabulaire cinématographique personnel qui deviendra définitivement la marque de fabrique « fellinienne » des films de la maturité. Construit comme une succession de petits épisodes le scénario suit Marcello Rubini, un journaliste de presse people  au fil d'une semaine de vie mondaine à Rome dans une recherche infructueuse de l'amour et du bonheur. Considéré comme  l’un des longs métrages les plus aimés et les plus influents du maestro, le film a été sacré  Palme d’or au Festival de Cannes en 1960 et a reçu l’Oscar du meilleur costume en 1962. Cette  œuvre élégante, brillante, avant-gardiste et toujours aussi pertinente, confirme le renom international du célèbre cinéaste italien. À travers un personnage, clairement donné comme le double du réalisateur, Fellini se livre à une sorte de radioscopie de la société romaine, mise en scène dans ses turpitudes.

              La scène culte d’Anita Ekberg dans la fontaine de Trevi reste à elle seule l’une des raisons de voir ou revoir ce film qui, aujourd’hui considéré comme un classique du cinéma italien et du cinéma en général fit scandale à sa sortie pour sa description d'une société oisive et débauchée.

              C'est une version numérique restaurée que nous  proposerons en VOST, la projection d’une durée de 2h40 commencera à 20h00, l’accueil du public étant prévu à partir de 19h15 autour d’un cocktail. 

    Bande Annonce 

    La leçon de cinéma

     

     

     


    votre commentaire
  • Le 10 février, hommage à la comédie américaine       Après « L’histoire officielle », film bouleversant de Luis Puenzo, sur un ton moins austère c’est la comédie américaine que le Ciné Club mettra à l’honneur lors de sa séance du vendredi 10 février en proposant « Les hommes préfèrent les blondes » de Howard Hawks et « Diamants sur canapé » de Blake Edwards.

            De nos jours la comédie américaine continue à souffrir d’un a priori négatif  décrivant un cinéma de pur divertissement  sans prise sur le monde réel et ses enjeux, politiques et sociaux. Pourtant, dans l’histoire du cinéma hollywoodien, la comédie a souvent été le genre le plus audacieux quant au discours sur les moeurs et sur la réalité sociale et politique des Etats-Unis. Howard Hawks et après lui Blake Edwards sont parmi les maîtres de ce genre qui a révélé les plus belles stars américaines parmi les quelles leurs actrices fétiches Marylin Monroe et Katherine Hepburn. Alors que vient de se dérouler la cérémonie des Oscars Il était légitime de leur rendre hommage en présentant l’un de leur plus grands succès dans une version numérisée restaurée et en Version Originale Sous Titrée.

     

    La soirée commencera à 19h00 par la projection de « Les hommes préfèrent les blondes » suivie de « Diamants sur canapé » à 21h15. Entre les deux séances un buffet dînatoire sera proposé au public. 

     

    Paillettes assurées !!!!!!

     

    Bande Annonce "Les hommes préfèrent les blondes"

     

    Bande Annonce "Diamants sur canapé"

     

    La leçon de cinéma

     

    RENSEIGNEMENTS

     Vendredi 10 février cinéma Les Arcades - Salon.

    Tarif pour une séance : Normal 7,80 € - Adhérent du Ciné Club 5, 00 €

    Ciné salon 13 - 04 90 56 14 10 / 06 08 01 47 73

    cinesalon13@orange.fr / www.cinesalon13.fr

     

     

     

     


    votre commentaire
  • Le 17 janvier, L'histoire officielleA l’aube de la nouvelle année, le mardi 17 janvier avec le film « L’histoire officielle » de Luis Puenzo, le Ciné Club de Ciné Salon 13 entraînera les cinéphiles dans un inexorable voyage à la recherche de la vérité.

              Nous sommes en 1983, professeur d’histoire dans un lycée de Buenos Aires Alicia mène une vie tranquille et bourgeoise avec son mari et leur fille adoptive, la petite Gaby. Ayant toujours accepté « la version officielle », le jour où le régime s’effondre l’énorme mensonge se fissure et Alicia se met à suspecter que Gaby pourrait être la fille d’une «disparue». Dés la chute de la Junte qui a fait régner la terreur de 1976 à 1983, le cinéma argentin s’est livré à un travail de mémoire et de libération de la parole, « L’histoire officielle » aborde plusieurs thèmes liés à ce contexte dont les disparus, la torture, les grands-mères de la place de Mai et, élément central de l’intrigue, les bébés volés aux mères emprisonnées et adoptés par des familles proches du pouvoir. Magnifiques portraits de femmes, portés par des actrices, au sommet de leur art, avec une mention spéciale pour Norma Aleandro qui s’offre aux spectateurs sous toutes ses coutures, ce qui ne peut que l’embellir et faire de cette battante une héroïne à part entière.

    Le film, meilleure interprétation féminine au festival de Cannes en 1985 et Oscar du meilleur film étranger en 1986 est présenté dans sa version numérique originale sous titrée et restaurée sortie en octobre 2016.

     

              L’accueil du public ce fera au cinéma les Arcades à partir de 19h30 autour du traditionnel apéritif offert par l’association, la projection d’une durée de 1h52 débutera à 20h00. 

     

    Bande Annonce

    La leçon de cinéma


    votre commentaire
  • Meilleurs voeux 2017


    votre commentaire
  • "La Belle Equipe", l'histoire des deux finsLors de la dernière séance du Ciné Club, au sortir de la « La Belle équipe » nous évoquions combien ce chef d’œuvre a, dés sa sortie été marqué par le destin, son histoire continuant là ou celle des autres films échappe en général à l’auteur. Boudé par le public, les producteurs avaient demandé au réalisateur et au scénariste Charles Spaak de proposer une fin « de rechange » dans laquelle l’amitié de Charlot et Jean résiste au piège de Gina. Devant l’échec des premières séances les auteurs se rendent au verdict populaire cette fin « optimiste » étant préférée.

     

    Par respect envers leurs aïeux, voulant conserver la version originale du film pendant des années les héritiers de Duvivier et Spaak se sont opposés aux différents éditeurs voulant exploiter le film. Cette volonté a empêché la réédition de l’un des derniers grands films de Jean Gabin de l’avant guerre. Un compromis satisfaisant ayant été trouvé avec la société Pathé, le film est enfin sorti en version numérique remastérisée en juin 2016.


    votre commentaire
  • Le 8 décembre pour clôturer l’année en beauté, le Ciné Club rendra hommage au réalisateur  Julien Duvivier, maître avec Marcel Carné et Jean Grémillon du « Réalisme poétique ».

    Julien Duvivier a marqué le cinéma français de la période 1930 - 1960 laissant une filmographie de près de 70 titres parmi lesquels on compte d’incontournables classiques du cinéma mondial. Célèbre pour sa noirceur et son pessimisme, il connut cependant l’un de ses plus grands succès publics avec « Don Camillo ».  

    Dans le cadre de cet hommage  le Ciné Club  propose deux films récemment restaurés en version numérique sur le thème des relations humaines cher au réalisateur : « La belle équipe » réalisé en 1936 avec Jean Gabin et Charles Vanel et « La fin du jour » réalisé en 1939 avec Louis Jouvet et Michel Simon.

     

    La soirée commencera à 19h00 par la projection de « La belle équipe » suivie par « La fin du jour » à 21h15. Entre les deux séances un buffet dînatoire sera proposé au public. 

    Tarif pour une séance : Normal 7,60 € - Adhérent du Ciné Club 5, 00 €

     

    Bande Annonce  La belle équipe

     

    Bande Annonce La fin du jour

     

    La leçon de cinéma

     

     


    votre commentaire
  •  
    Le
    dernier des 7 Mercenaires, l’acteur Robert Vaughn chevauche à nouveau aux côtés de ses compagnons dans l’immensité de l’Ouest éternel.

     

    Adieu l'artiste ...

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique